CDG, le retour, ou comment se rendre compte que rien n’est jamais acquis

Le vendredi 13 janvier, Codes de Gay a été supprimé de Facebook sans aucune explication.
Le vendredi 20 janvier, Codes de Gay a été réintégré.

codes-de-gay-pourquoi-une

Le vendredi 13 janvier, donc, Facebook nous a annoncé que notre page avait tout bonnement été supprimée. Ironique, non ? Un vendredi 13.

Comme vous pouvez le voir sur cet article publié le lendemain, nous exprimons notre incompréhension totale.
Pourquoi est-ce que notre page Facebook ainsi que les comptes personnels des administrateurs  ont été supprimés, sans explication et sans préavis ?

7778913720_zuckerberg-fbCe n’est normalement pas la façon de faire du réseau social. En effet, les “sanctions” de Facebook sont normalement graduelles, pour les pages, en fonction des plaintes des utilisateurs : d’abord Facebook averti, puis la page est suspendu 24 heures, puis quelques jours, et enfin, elle est totalement supprimée. Évidemment, une explication est clairement donnée : nudité, incitation à la haine ou tout autre post qui irait à l’encontre des standards de la communauté.

Bien évidemment, les pages qui relaient de la pornographie ou des incitations claires et violentes à la haine sont supprimées sur le champs, mais ce n’était pas le cas de Codes de Gay qui s’est toujours voulu être une page légère et drôle mais toujours engagée.

o-HUMAN-RIGHTS-570Aucune de nos publications n’allait à l’encontre des standards de la communauté. Mais rien ne semblaient pouvoir être fait : il était impossible de contacter qui que ce soit pour avoir ne serait-ce qu’une explication. Nous avons même imaginé, sous le choc, qu’il s’agissait peut-être d’une décision unilatérale de Facebook : une décision homophobe. Mais c’était bien trop gros pour que ce soit le cas.

Nous avons donc décidé, le week-end qui a suivi, de nous battre pour comprendre et pour retrouver notre page. Un combat qui s’est avéré être difficile : où commencer ? Où chercher ? Des associations ont donc été contactées, et des articles ont été publiés. Nous tenons d’ailleurs à remercier tous les médias : Garçon MagazineInverti.fr, GayvoxCulture Gay, Boys et la page Facebook “Gay, Bi, Lesbienne et alors ?” qui nous ont soutenus dans ce combat.

ilfac_education_permanente_homophobie_featured

Nous avons commencé à comprendre, au fil des jours, grâce au travail des associations, mais aussi grâce à certains internautes qui nous soutenaient.  En effet, il s’avérait qu’un “raid” avait été lancé contre notre page.

Comprenez, par là, des attaques ciblées sur notre page de plusieurs utilisateurs de Facebook au même moment afin de déclencher l’algorithme Facebook qui se chargent de la gestion des pages à problèmes.
Après des enquêtes plus poussées, et à notre grand effarement, nous nous sommes rendus compte que ces “raids” était le fait de certains groupes d’utilisateurs qui prônent ouvertement la haine des juifs, des LGBT (et notamment les transsexuels), des musulmans, des “gauchaux” et finalement de tout ce qui est différent d’eux.

Leur profil Facebook, lorsqu’il n’est pas totalement privé, regorge de photos et de propos tous plus aberrants les uns que les autres. Nous nous refusons de publier d’autres captures d’écrans choquantes que nous avons reçues, afin de ne pas tomber dans la dénonciation, mais nous tenions tout de même à partager l’information avec tous les internautes qui nous suivent. En effet, nous sommes tombés des nues cette semaine lorsque nous nous sommes rendus compte que des jeunes hommes (la grande majorité a moins de 25 ans) pouvaient déjà penser de la sorte, mais qui plus est prôner leur haine sur Facebook sans être inquiété outre mesure.

Gay-pride

Il convient donc de rester sans cesse vigilant face à la haine, et de se serrer les coudes coûte que coûte. Ces personnes là ne gagneront pas, comme nous leur avons démontré en revenant une semaine après, à force de persévérance.

Il nous semble aussi très important de rappeler à tous que certains propos et certains actes sont punis par la loi. Le fait d’être caché derrière son écran et de les publier sur le net ne change rien à cela. Des poursuites sont entreprises tous les jours, via la CNIL, suite à de telles situations.

Pour terminer, nous tenions à vous rappeler que sous ses airs légers, la page Codes de gay est aussi un filet de sécurité pour bon nombre d’adolescents et de jeunes adultes qui trouvent dans cette page une “communauté” qu’ils recherchent. Chaque semaine, ce sont des cinquantaines d’utilisateurs en détresse qui nous contactent. Et chaque semaine, nous essayons de les aiguiller dans leurs questionnements ou des les rassurer lorsqu’ils sont dans la détresse. Nous les redirigeons vers les associations adéquates lorsqu’il le faut.

o-HOMOPHOBIE-HUMOUR-facebook
Cette page touche donc beaucoup de personnes à travers le monde car tous les pays francophones s’y retrouvent : Codes de Gay est en effet la seule page d’humour gay francophone.

Nous remercions donc du fond du cœur tous les internautes qui nous suivent sur Facebook, sur Instagram, sur Twitter, sur Snapchat ou sur notre site.

Nous remercions les associations pour leur soutien sans failles : l’Inter LGBT, Stop Homophobie et Couleurs Gaies. Leur travail acharné est primordial et nous nous en sommes rendu compte cette semaine, car sans elles, notre page n’aurait probablement jamais fait son retour. MERCI !

Sur ces notes peu joyeuses, nous annonçons officiellement l’ouverture de Codes de Gay 2017.
Vous avez aimé la version 2016 ? Attendez de voir… 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

VIDEO : Le nouveau clip de Troye Sivan retrace l'histoire LGBT et c'est magnifique

Next Article

La page LGBT de la Maison Blanche disparaît suite à l'investiture de D. Trump

Vous aimerez aussi